Terme recherché

Malgré un contexte difficile, le groupe Schaeffler enregistre un très bon Cash-Flow 2019

Pressrelease Stage Image

10/03/2020 | Haguenau

  • Réalisation des prévisions ajustées du groupe Schaeffler et de ses divisions
  • Nette hausse du Free Cash-Flow avant encaissements et décaissements liées aux opérations de fusion et acquisition avec 473 millions d’euros (exercice précédent 384 millions d’euros)
  • Proposition de distribution d’un dividende à hauteur de 45 centimes par action préférentielle
  • L’évaluation du marché incite à des prévisions prudentes pour 2020

L'équipementier automobile et industriel mondial, Schaeffler, a publié aujourd'hui ses résultats de l’exercice 2019. Au cours de la période considérée, le chiffre d’affaires du groupe Schaeffler s’élève à 14,4 milliards d‘euros (exercice précédent : env. 14,2 milliards d’euros). Le chiffre d’affaires corrigé des effets de change a augmenté de 0,1 pour cent pendant cette période. Tandis que la croissance du chiffre d’affaires des deux divisions automobiles, corrigé des effets de change, a accusé un léger recul avec toutefois une tendance positive au cours du second semestre, la croissance du chiffre d’affaires de la division Industrie a augmenté sur l'ensemble de l'année de référence mais a faibli au second semestre. Parmi les quatre régions, la Grande Chine et les Amériques ont contribué à la croissance du chiffre d'affaires corrigé des effets de change tandis que les ventes ont reculé dans les régions Europe et Asie/Pacifique.

En 2019, le groupe Schaeffler a réalisé un résultat avant résultat financier, participations mises en équivalence et impôts sur les bénéfices (EBIT), de 790 millions d’euros (exercice précédent : 1.354 millions d’euros), lequel a été grevé, au cours de la période concernée, d'éléments exceptionnels à hauteur de 372 millions d'euros, dont 356 millions d'euros de dépenses liées aux programmes de transformation et d'efficacité mis en place en 2019RACE (Automotive OEM), GRIP (Automotive Aftermarket) et FIT (Industrie). L'EBIT avant éléments exceptionnels s'élève ainsi à 1.161 millions d'euros (année précédente : 1.381 millions d'euros). Cela correspond à une marge EBIT avant éléments exceptionnels de 8,1 pour cent (année précédente : 9,7 pour cent). La baisse de la marge EBIT avant éléments exceptionnels résulte non seulement de l’environnement durablement difficile mais aussi des effets de prix de vente négatifs et de la modification du mix produit dans la division Automotive OEM. De plus, les dépenses engagées pour les projets IT et de digitalisation ont entravé le développement de la marge.

Le résultat net consolidé attribuable aux actionnaires de la maison mère s’élève, au titre de la période considérée, à 428 millions d’euros, et se situe par conséquent nettement au-dessous du niveau de l’année précédente (881 millions d’euros). Le bénéfice par action préférentielle s’élève à 0,65 euros (exercice précédent : 1,33 euros). Sur cette base, le Comité directeur de Schaeffler AG proposera à l’Assemblée de verser un dividende à hauteur de 45 centimes d’euro par action préférentielle. Cela correspond à un taux de distribution relatif au résultat net consolidé attribuable aux actionnaires avant effets exceptionnels d’environ 43 pour cent (exercice précédent : environ 40 pour cent).

Klaus Rosenfeld, Président du Directoire de Schaeffler AG, a déclaré à propos des résultats 2019 : « Dans un contexte difficile, nous avons pu atteindre les prévisions d’augmentation du chiffre d’affaires que nous avions mises à jour au mois de juillet et dépasser légèrement l’objectif fixé pour la marge EBIT. Plus réjouissant encore est le free cash-flow qui, avec 478 millions d'euros, a nettement dépassé nos attentes. Le résultat de l’année 2019 confirme notre position d‘équipementier automobile et industriel mondial. Par ailleurs, nous constatons l’efficacité concluante des mesures que nous avons prises pour renforcer la rentabilité des capitaux et des coûts ainsi que les trois programmes mis en œuvre RACE, GRIP et FIT. »

Surperformance notoire de la division Automotive OEM dans un contexte économique faible
La division Automotive OEM a atteint pour l’année considérée un chiffre d’affaires à hauteur de 9.038 millions d‘euros (exercice précédent : 8.996 millions d‘euros). Le chiffre d’affaires corrigé des effets de change a reculé de 0,8 pour cent par rapport à l‘exercice précédent. Les effets de volumes positifs n’ont pas pu compenser entièrement les effets négatifs des prix. Cela s’explique notamment par les difficultés que connaît actuellement le marché automobile à l’échelle mondiale. Toutefois, globalement, la croissance qui atteint pour l’exercice de référence 4,8 pour cent se situe nettement au-dessus du taux de croissance moyen de la production mondiale de véhicules de tourisme et d’utilitaires légers qui, elle, a reculé de 5,6 pour cent au cours de la période concernée. Les contrats acquis au cours de la période de référence 2019 totalisent un montant de 15,0 milliards d’euros, soit un chiffre record, essentiellement boosté par les commandes enregistrées dans le domaine de l’e-mobilité. Cela correspond à un Book-to-bill-Ratio, c’est à dire le rapport entre les commandes enregistrées et le chiffres d’affaires de l’exercice écoulé, de 1,7 (exercice précédent : 1,4).

La plus forte croissance du chiffre d’affaires corrigé des effets de change revient à la division Automotive OEM dans la région des Amériques avec 7,4 pour cent, suivie de la Grande Chine avec 1,8 pour cent, tandis que la région Europe a enregistré un fort recul de ses ventes, avec moins 6,0 pour cent, de même que la région Asie/Pacifique avec moins 0,7 pour cent. Des quatre domaines d’activité de la division Automotive OEM, seul celui de l'e-mobilité affiche, pour la période concernée, une nette augmentation de son chiffre d'affaires corrigé des effets de change, s’établissant à 36,7 pour cent.

Au cours de l’exercice concerné, la division a réalisé un EBIT avant éléments exceptionnels de 491 millions d'euros (exercice précédent : 673 millions d’euros). La marge EBIT avant éléments exceptionnels s’établit ainsi pour la même période à 5,4 pour cent, soit une marge nettement inférieure au taux de l‘exercice précédent qui était de 7,5 pour cent. Sur les 209 millions d’euros que totalisent les éléments exceptionnels, 204 millions d’euros sont imputables au programme RACE. Ce recul de la marge EBIT avant éléments exceptionnels s'explique principalement par la baisse de la marge brute à 20,6 pour cent (exercice précédent : 22,3 pour cent), suite à la baisse des ventes due aux prix et à la modification du mix/produit. De plus, la marge brute a été impactée par l'augmentation des frais fixes.

Les prévisions pour l’année 2019, mises à jour le 29 juillet 2019 ont été atteintes, selon lesquelles le groupe escomptait une croissance du chiffre d'affaires corrigé des effets de change de moins 2 à 0 pour cent et une marge EBIT avant éléments exceptionnels comprise entre 5 et 6 pour cent.

Baisse du chiffre d'affaires de l’Automotive Aftermarket, résultat supérieur aux prévisions
Établi à 1 848 millions d'euros (année précédente : 1 862 millions d'euros), le chiffre d’affaires corrigé des effets de change de la division Automotive Aftermarket a baissé de 1,1 pour cent au cours de la période considérée, une baisse qui s'explique par le fléchissement du marché dans la région Europe laquelle réalise de loin les plus fortes ventes. La baisse du chiffre d'affaires en Europe, partiellement due à la réduction des stocks de certains grands clients en Allemagne et en Europe de l’ouest, tant sur le marché de la rechange indépendante (IAM) que dans l'activité OES (OES - Original Equipment Service), s'élève à moins 3,1 pour cent, après correction des effets de change. La baisse des ventes en Europe est compensée par l’augmentation de 6,6 pour cent des ventes dans la région Amériques, principalement attribuable à l'augmentation de la demande et l’acquisition de nouveaux clients sur le marché de la rechange indépendante. La région Grande Chine a augmenté ses ventes corrigées des effets de change de 5,7 pour cent, tandis que les ventes dans la région Asie/Pacifique corrigées des effets de change ont diminué de 5,4 pour cent.

Sur cette base, l'EBIT avant éléments exceptionnels s'élève à 298 millions d'euros (exercice précédent : 339 millions d'euros). Cela correspond à une marge EBIT avant éléments exceptionnels de 16,1 pour cent (année précédente : 18,2 pour cent). Les éléments exceptionnels à hauteur de 15 millions d’euros sont liés au programme GRIP. Le recul de la marge EBIT par rapport à l’année précédente est principalement imputable à la baisse de la marge brute et à l'augmentation des frais administratifs. La marge brute a diminué en raison de la baisse des volumes des ventes et de la hausse simultanée des coûts des produits.

Les prévisions pour l’année 2019, mises à jour le 29 juillet 2019, selon lesquelles la division Automotive Aftermarket devait enregistrer une croissance du chiffre d'affaires avant effets de change de moins 2 à 0 pour cent sont atteintes. L’objectif d’atteindre une marge EBIT avant éléments exceptionnels de 15 à 16 pour cent a été légèrement dépassé.

Croissance de la division Industrie, ralentie au second semestre
Malgré un ralentissement de la production industrielle mondiale, la division Industrie a augmenté son chiffre d'affaires à 3.541 millions d’euros (exercice précédent : 3.383 millions d’euros). La croissance du chiffre d'affaires corrigé des effets de change s’élève à 3,1 pour cent, se situant au deuxième semestre au même niveau que l’année précédente. Cette croissance est principalement due au cluster éolien de la région Grande Chine et aux activités ferroviaires dans la région Europe. Y ont également contribué les clusters matières premières et aérospatiale ainsi que la distribution industrielle. Les secteurs de l'automatisation industrielle, du tout-terrain et de la transmission de puissance, sensibles à la conjoncture, ont enregistré une baisse de la demande. Deux des quatre régions du groupe Schaeffler ont contribué à la croissance du chiffre d'affaires corrigé des effets de change au cours de la période considérée. La région Grande Chine a de nouveau enregistré la plus forte croissance avec 23,4 pour cent devant les Amériques avec 2,9 pour cent. Le chiffre d’affaires en Europe a reculé de 2,4 pour cent et celui de la région Asie/Pacifique a connu une légère baisse de 0,1 pour cent.

Au cours de l’exercice écoulé, la division Industrie a réalisé un EBIT avant éléments exceptionnels de 373 millions d’euros (exercice précédent : 370 millions d'euros), soit une marge EBIT avant éléments exceptionnels de 10,5 pour cent (exercice précédent : 10,9 pour cent). Sur les 147 millions d‘euros que totalisent les éléments exceptionnels, 137 millions d‘euros sont imputables au programme FIT.

Les objectifs fixés dans le cadre des prévisions mises à jour le 29 juillet 2019, visant à une croissance du chiffre d’affaires de 2 à 4 pour cent et une marge EBIT avant éléments exceptionnels de 10 à 11 pour cent, ont été atteints.

Un Free Cash-Flow nettement supérieur aux attentes
Le groupe affiche un Free Cash-Flow avant encaissements et décaissements liées aux opérations de fusions et acquisitions du groupe Schaeffler positif de 473 millions d'euros (exercice précédent : 384 millions Euro). Ainsi les prévisions mises à jour le 29 juillet 2019 qui prévoyaient un Free-Cash-Flow avant encaissements et décaissements liées aux opérations de fusions et acquisitions compris entre 350 et 400 millions d’euros sont-elles largement dépassées. Au cours de la période considérée, les dépenses d'investissement (capex) en immobilisations corporelles et incorporelles s’élèvent à 1.045 millions d’euros, soit légèrement au-dessous du niveau de l‘exercice précédent (1.232 millions d‘euros). Cela correspond à un taux d’investissement de 7,2 pour cent (exercice précédent : 8,7 pour cent).

Au 31 décembre 2019, l'endettement financier net s'établit à 2.526 millions d'euros (31 décembre 2018 : 2.547 millions d’euros) avec une augmentation du Gearing-Ratio, c’est-à-dire du rapport entre l’endettement financier net et les capitaux propres, à environ 86,6 pour cent (31 décembre 2018 : environ 83,2 pour cent). Le groupe Schaeffler dont le bilan s’établit au 31 décembre 2019 à quelque 12,9 milliards d’euros (exercice précédent : environ 12,4 milliards d’euros), employait à cette même date 87.748 personnes (exercice précédent : 92.478), soit une diminution des effectifs de 5,1 pour cent.

Dietmar Heinrich, Directeur Financier de Schaeffler AG a déclaré : « Comme annoncé à l’occasion de la présentation des résultats du troisième trimestre 2019, nous avons porté nos efforts jusqu’à la fin de l’exercice 2019 sur la génération de Free Cash-Flow. Et nous y sommes parvenus grâce à la réduction continue du taux capex et à la gestion efficace des stocks au cours du dernier trimestre. »

Prévisions pour l’année 2020 Pour l’exercice 2020, le groupe Schaeffler prévoit une croissance du chiffre d'affaires corrigé des effets de change de moins 2 à 0 pour cent. Simultanément, l’entreprise compte atteindre une marge EBIT avant éléments exceptionnels de 6,5 à 7,5 pour cent au cours de l’exercice 2020. Par ailleurs, pour l’année 2020, le groupe Schaeffler s’attend à un Free Cash-Flow avant encaissements et décaissements lié aux opérations de fusions et acquisitions de 300 à 400 millions d'euros.

Les objectifs des trois divisions sont les suivants :

Tableau des secteurs

« Nos prévisions pour l’année 2020 sont délibérément prudentes et reposent sur ce que nous savons, début mars, du développement actuel du contexte et du marché. Personne ne peut prédire aujourd’hui comment va évoluer la crise du Corona. Malgré cela, nous allons faire notre possible pour atteindre nos objectifs », souligne Klaus Rosenfeld.

Le 24 mars 2020, à l’occasion de la journée consacrée au marché des capitaux organisée à Herzogenaurach, le groupe Schaeffler présentera lors d’une conférence de presse, sa feuille de route 2024, notamment sa stratégie actualisée pour les années 2020-2024, un nouveau programme de transformation pour la mise en œuvre de cette stratégie ainsi que les objectifs à moyen terme pour cette période.

Vous trouverez notre rapport de gestion sous : www.schaeffler-annual-report.com

Déclarations prospectives et prévisions
Certaines des déclarations faites dans le présent communiqué de presse se rapportent à l’avenir. Ces déclarations sont naturellement liées à un certain nombre de risques, d’impondérables et d’hypothèses pouvant influencer et modifier sensiblement les résultats et développements réels par rapport aux prévisions annoncées. Ces risques, impondérables et hypothèses peuvent avoir des répercussions négatives sur le résultat et les conséquences financières des projets et développements décrits dans le présent document. Il n’existe pas d’obligation d’actualiser ou de modifier ses déclarations se référant à l’avenir par le biais de publications en raison de nouvelles informations, de développements futurs ou pour toutes autres raisons. Les destinataires de ce communiqué de presse sont appelés à ne pas se fier outre mesure aux déclarations portant sur l’avenir ; elles reflètent exclusivement la situation à la date de ce communiqué de presse. Les déclarations contenues dans le présent communiqué de presse portant sur les tendances et développements passés ne doivent en aucun cas être interprétées comme révélatrices des tendances à venir. Les avertissements donnés ci-dessus se rapportent également aux déclarations orales ou écrites concernant l’avenir que pourra faire ultérieurement Schaeffler ou toute autre personne agissant en son nom.

Editeur : Schaeffler France
Pays d’édition : France

Supports correspondants
Documents correspondants
Downloads

Pack (communiqué de presse + supports)

Partager la page

Nous utilisons des cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Pour l’utilisation de ce site Internet, vous acceptez l’usage de cookies. Plus d’informations

Accepter