Terme recherché

Communiqués de presse

Le Groupe Schaeffler a atteint ses objectifs en 2018

Pressrelease Stage Image

06/03/2019 | Herzogenaurach

  • Augmentation du chiffre d’affaires corrigé des effets de change de 3,9 pour cent et dans un environnement difficile, réduction de la marge EBIT avant éléments exceptionnels à 9,7 pour cent (année précédente : 11,3 pour cent)
  • Au recul du résultat des deux divisions Automotives s’oppose la forte augmentation du résultat de la division Industrie (plus 47 pour cent)
  • Le Free Cash-Flow avant encaissements et décaissements des activités de fusions & acquisitions à hauteur de 384 millions d’euros dépasse les attentes
  • Le dividende de 55 centimes par action préférentielle proposé correspond au niveau de l’année précédente
  • Prévisions prudentes pour 2019

L’équipementier automobile et industriel d’envergure mondiale, Schaeffler, a publié aujourd’hui ses résultats pour l’exercice 2018. Au cours de la période de référence, le Groupe Schaeffler a réalisé un chiffre d’affaires de quelques 14,2 milliards d’euros (contre 14,0 milliards d’euros pour l’année précédente). Pendant cette période, le chiffre d’affaires corrigé des effets de change a augmenté de 3,9 pour cent. Les trois divisions du Groupe et les quatre zones géographiques ont contribué à cette augmentation. C’est à nouveau la zone Grande Chine qui affiche la plus forte croissance, avec toutefois une dynamique nettement moins soutenue que celle des années précédentes. Avec un montant à hauteur de 1 381 millions d’euros pour 2018, le résultat du Groupe Schaeffler avant impôts et intérêts (EBIT) et avant éléments exceptionnels est donc inférieur à celui de l’année précédente (1 584 millions d’euros). Cela correspond à une marge EBIT avant éléments exceptionnels de 9,7 pour cent (année précédente : 11,3 pour cent).

Le résultat du Groupe attribuable aux actionnaires de la maison mère pour la période de référence s’élève à 881 millions d’euros et est donc inférieur à celui de l’année précédente (980 millions d’euros). Le résultat par action de préférence était de 1,33 euro (année précédente : 1,48 euro). Sur cette base, le Directoire de Schaeffler AG proposera à l’Assemblée générale de distribuer, comme l’année précédente, un dividende de 55 centimes par action de préférence. Cela correspond à un taux de distribution de quelques 40 pour cent du résultat du Groupe attribuable aux actionnaires avant éléments exceptionnels (année précédente : env. 35 pour cent).

Klaus Rosenfeld, président du directoire de Schaeffler AG, commente le niveau des affaires en 2018 comme suit : « Après un bon premier semestre pour le Groupe Schaeffler, les conditions du marché automobile mondial se sont nettement dégradées au deuxième semestre. Cela a pesé sur notre résultat. On peut toutefois se réjouir que la division Industrie ait pu poursuivre son très bon développement au cours de l’année 2018 et de ce fait, compenser en partie les performances plus faibles des deux divisions Automotive. Cela montre que notre concept d’équipementier automobile et industriel global porte ses fruits. »

Klaus Rosenfeld est moins satisfait des résultats de la division Automotive OEM, très en recul. « La Division Automotive OEM doit essentiellement la baisse de ses résultats aux conditions du marché et à l’environnement concurrentiel difficiles ainsi qu’à la pression qui nous contraint à nous adapter très rapidement. Par ailleurs, nous devons également traiter un certain nombre de facteurs internes. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous avons lancé le programme RACE qui vise à augmenter notre efficacité et à optimiser notre portefeuille de produits. Si nous voulons améliorer notre productivité et notre compétitivité, nous devons nous recentrer et être plus rapides. »

Vous trouverez plus d’informations sur les objectifs et les mesures de RACE dans le communiqué de presse publié aujourd’hui à ce sujet.

La division Automotive OEM accuse une baisse de son résultat au cours du deuxième semestre
Au cours de la période de référence, la division Automotive OEM a réalisé un chiffre d’affaires de quelques 8 997 millions d’euros (année précédente : 8 991 millions d’euros). Par rapport à l’année précédente, le chiffre d’affaires corrigé des effets de change a augmenté de 2,1 pour cent. Après un développement positif de son chiffre d’affaires au cours du premier semestre, la division Automotive OEM a dû constater, au cours du deuxième semestre, un développement de son chiffre d’affaires moins soutenu que celui de l’année précédente. Ceci est dû à l’environnement difficile et exigeant du secteur automobile. Cependant, la croissance enregistrée pendant la période de référence est supérieure de 3,2 pour cent à la croissance moyenne de la production mondiale de véhicules particuliers et commerciaux qui, elle, a reculé de 1,1 pour cent au cours de la période de référence. Les commandes prises pendant la période de référence 2018, lesdites Lifetime-Sales, s’élèvent à 12,8 milliards d’euros. Cela correspond à un ratio book-to-bill, soit le rapport entre les commandes et le chiffre d’affaires de l’exercice écoulé, de 1,4 (année précédente : 1,3).

Le fléchissement de la croissance du chiffre d’affaires est notamment dû à la baisse de la demande dans les zones Europe et Grande Chine au deuxième semestre. Pour ce qui est de l’Europe, ce phénomène est dû aux retards de production liés au passage à la nouvelle norme WLTP tandis que pour la Chine, le recul de la croissance du chiffre d’affaires résulte de la réticence des consommateurs et du différend commercial avec les Etats-Unis. Si les quatre activités de la division Automotive OEM ont contribué à la croissance du chiffre d’affaires enregistré pendant la période de référence, c’est l’activité « e-mobilité » qui affiche, avec 18,1 pour cent, la plus nette augmentation de son chiffre d’affaires corrigé des effets de change.La division Automotive OEM a enregistré la plus forte augmentation de son chiffre d’affaires corrigé des effets de change dans la zone des Amériques avec 5,6 pour cent, suivie de la zone Asie/Pacifique avec 2,3 pour cent, la Grande Chine avec 1,2 pour cent et l’Europe avec 0,9 pour cent.

Au cours de la période de référence, cette division a réalisé un EBIT avant éléments exceptionnels de 693 millions d’euros (année précédente : 973 millions d’euros). Pour la même période, la marge EBIT avant éléments exceptionnels est de 7,7 pour cent et est donc nettement inférieure à celle de l’année précédente qui s’établissait à 10,8 pour cent. Les principales raisons de ce recul sont notamment la baisse de la dynamique du marché au cours du deuxième semestre et le faible taux d’utilisation des capacités de production qui en découlent. De plus, l’augmentation de l’efficacité de la production au cours de la période de référence n’a pas suffi pour compenser l’effet de prix de vente et de mix négatif. Les prévisions pour l’ensemble de l’année 2018 revu le 30 octobre 2018 qui prévoyaient une augmentation du chiffre d’affaires de 3,5 à 4,5 pour cent et une marge EBIT avant éléments exceptionnels comprise entre 8 et 8,5 pour cent n’ont pas été réalisées.

Les résultats de la division Automotive Aftermarket correspondent aux prévisions
Après un premier semestre solide, la division Automotive Aftermarket a enregistré, au troisième trimestre 2018, un recul temporaire de son chiffre d’affaires par rapport au même trimestre de l’année précédente. Cette baisse s’explique essentiellement par la forte croissance enregistrée au cours du troisième trimestre de l’année précédente dans les zones Europe et Amérique. Par rapport à l’année précédente, la division a augmenté son chiffre d’affaires corrigé des effets de change de 2,2 pour cent et réalisé un chiffre d’affaires de 1 859 millions d’euros (année précédente : 1 880 millions d’euros). La plus forte augmentation du chiffre d’affaires corrigé des effets de change pendant la période de référence a été réalisée dans les zones Grande Chine avec 36,5 pour cent et Asie/Pacifique avec 12,5 pour cent suivies de l’Europe avec 2,5 pour cent. Dans la zone des Amériques, le chiffre d’affaires corrigé des effets de change accuse un recul de 5,2 pour cent. Cela s’explique par les besoins supplémentaires ponctuels d’un client OES au cours de la période précédente.

L’EBIT avant éléments exceptionnels de la division Automotive Aftermarket pour la période de référence est de 316 millions d’euros (année précédente : 358 millions d’euros). Sur cette base, la marge EBIT avant éléments exceptionnels est de 17,0 pour cent (année précédente : 19,0 pour cent). La baisse par rapport à l’année précédente est due, entre autres, au recul des prix de vente et à l’augmentation des coûts logistiques. Les prévisions pour l’ensemble de l’année 2018 revues le 30 octobre 2018 qui envisageaient, pour la division Automotive Aftermarket, une augmentation du chiffre d’affaires avant effets de change de 1,5 à 2,5 pour cent et une marge EBIT avant éléments exceptionnels comprise entre 17 et 17,5 pour cent, ont été réalisées.

La division Industrie améliore la marge EBIT de 3 pour cent
Au cours de la période de référence, la division Industrie a nettement augmenté son chiffre d’affaires qui s’élève à 3 385 millions d’euros (année précédente : env. 3 150 millions d’euros). L’augmentation du chiffre d’affaires corrigé des effets de change au cours de la période de référence s’établit donc à 10,1 pour cent après 5,7 pour cent pour l’exercice 2017. Dans un environnement favorable, les secteurs matières premières, chemins de fer, transmissions de puissance et off-road ont enregistré une augmentation du chiffre d’affaires à deux chiffres. La plus importante croissance du CA corrigé des effets de change a été enregistrée dans la zone Grande Chine avec 25,4 pour cent, devant les Amériques avec 9,7 pour cent, l’Europe avec 7,3 pour cent et l’Asie/Pacifique avec 5,6 pour cent.

En 2018, la division Industrie a réalisé un EBIT avant éléments exceptionnels de 372 millions d’euros (année précédente : 253 millions d’euros) ce qui correspond à une marge EBIT avant éléments exceptionnels de 11,0 pour cent (année précédente : 8,0 pour cent). Cette amélioration de la marge résulte des effets de volume positifs, des mesures de réduction des coûts dans le cadre du programme CORE ainsi que les effets de prix et mix positifs. Les prévisions du 30 octobre 2018 envisageant, pour l’ensemble de l’année 2018, une augmentation du chiffre d’affaires corrigé des effets de change de 8 à 9 pour cent, sont nettement dépassées. L’objectif d’atteindre une marge EBIT avant éléments exceptionnels de 11 à 13 pour cent d’ici 2020 est ainsi atteint deux ans plus tôt que prévu.

Le Free Cash-Flow dépasse les attentes
S’établissant à 384 millions d’euros, le Free Cach-Flow avant encaissements et décaissements des activités de fusions & acquisitions du Groupe Schaeffler est positif (année précédente : 515 millions d’euros). Cela a permis de dépasser largement les prévisions revues au 30 octobre 2018 qui envisageaient un Free Cash-Flow avant encaissements et décaissements des activités de fusions & acquisitions de quelques 300 millions d’euros. Au cours de la période de référence, le capital de 1 232 millions d’euros investi dans les immobilisations corporelles et incorporelles (Capex) se situe légèrement au-dessous du niveau de l’année précédente (1 273 millions d’euros). Cela correspond à un taux d’investissement de 8,7 pour cent (année précédente : 9,1 pour cent).

Au 31 décembre 2018, la dette financière nette était de 2 547 millions d’euros (31 décembre 2017 : 2 370 millions d’euros). Le gearing ratio, soit le rapport entre la dette financière nette et les fonds propres, a diminué pour s’établir à 83,2 pour cent (31 décembre 2017 : 91,8 pour cent). Le Groupe Schaeffler dont le total au bilan s’élève à 12,4 milliards d’euros au 31 décembre 2018 (année précédente : environ 11,5 milliards d’euros) emploie à cette même date 92 478 salariés (année précédente : 90 151) soit une augmentation de 2,3 pour cent.

Dietmar Heinrich, CFO de Schaeffler AG souligne : « Le Free Cash-Flow de 384 millions d’euros ainsi que l’amélioration continue du ratio des capitaux propres qui s’établit à nouveau à 25 pour cent témoignent de la solidité du bilan du Groupe Schaeffler. Pour le renforcer encore, nous comptons faire preuve d’encore plus de discipline en matière de coûts et allons veiller à une affectation efficace du capital. »

Prévisions prudentes pour 2019
Pour l’exercice 2019, le Groupe Schaeffler s’attend à une augmentation du chiffre d’affaires corrigé des effets de change comprise entre 1 et 3 pour cent. Parallèlement, la société pense réaliser au cours de l’exercice 2019 une marge EBIT avant éléments exceptionnels entre 8 et 9 pour cent. Pour l’année 2019, le Groupe Schaeffler escompte également un Free Cash-Flow avant encaissements et décaissements des activités de fusions & acquisitions de quelques 400 millions d’euros.

Le Groupe s’attend à ce que la division Automotive OEM croisse plus fortement que la production mondiale de véhicules particuliers et commerciaux pour laquelle est prévue une baisse d’environ 1 pour cent. Sur cette base, le Groupe Schaeffler table, au cours de l’exercice 2019, sur une augmentation du chiffre d’affaires corrigé des effets de change de la division Automotive OEM de 1 à 4 pour cent (taux de comparaison revu en2018 : 2,1 pour cent). Par ailleurs, on s’attend à ce que la division Automotive OEM réalise en 2019 une marge EBIT avant éléments exceptionnels comprise entre 6 et 7 pour cent (taux de comparaison revu en 2018 : 7,5 pour cent)

Sur la base d’une augmentation du parc automobile mondial légèrement inférieure à celle de 2018 et un âge moyen quasi identique, l’activité Aftermarket devrait connaître, elle aussi, une légère croissance. Sur la base de ses propres observations du marché, le Groupe s’attend à ce qu’en 2019, la division Automotive Aftermarket voit augmenter son chiffre d’affaires avant effets monétaires de 1 à 3 pour cent (taux de comparaison revu en 2018 : 18,2 pour cent) et sa marge EBIT avant éléments exceptionnels atteindre 15 à 16 pour cent (taux de comparaison revu en 2018 : 18,2 pour cent).

En ce qui concerne la division Industrie, les conditions cadre conjoncturelles laissent prévoir une croissance ralentie de la production industrielle mondiale. Sur cette base, le Groupe Schaeffler part du principe que la division Industrie atteindra en 2019 une augmentation du chiffre d’affaires corrigé des effets de change de 1 à 3 pour cent (taux de comparaison revu en 2018 : 10,1 pour cent). De plus, au cours de cette même période, la division Industrie devrait réaliser une marge EBIT avant éléments exceptionnels de 10 à 11 pour cent (taux de comparaison revu en 2018 : 10,9 pour cent).

Le contexte restant difficile, les ambitions financières pour 2020 formulées en 2016, ne peuvent plus être maintenues.

« Nous partons du principe que, pour l’année en cours, l’environnement notamment dans l’industrie automobile internationale va rester très exigeant et difficile. En même temps, nous devons nous attendre à ce que la conjoncture mondiale continue de fléchir. Les prévisions prudentes du Groupe Schaeffler reflètent cette estimation », explique Klaus Rosenfeld. "Nous restons cependant confiants et voyons de bonnes opportunités de croissance de notre Groupe. Notre stratégie est la bonne. Nous poursuivons systématiquement notre transformation, s’il le faut, avec de nouvelles mesures et de façon accélérée comme le montre le programme RACE».

Vous trouverez notre rapport d’activités sous : www.schaeffler-annual-report.com

Déclarations prévisionnelles et projections

Certaines des déclarations faites dans le présent communiqué de presse se rapportent à l’avenir. Ces déclarations sont naturellement liées à un certain nombre de risques, d’impondérables et d’hypothèses pouvant influencer et modifier les résultats et développements réels par rapport aux projections annoncées. Ces risques, impondérables et hypothèses peuvent avoir des répercussions négatives sur le résultat et les conséquences financières des projets et développements décrits dans le présent document. Schaeffler n’est pas tenu d’actualiser ou de modifier ses déclarations se référant à l’avenir par le biais de publications en raison de nouvelles informations, de développements futurs ou pour toutes autres raisons. Les destinataires de ce communiqué de presse sont appelés à ne pas se fier outre mesure aux déclarations portant sur l’avenir ; elles reflètent exclusivement la situation à la date de ce communiqué de presse. Les déclarations contenues dans le présent communiqué de presse portant sur les tendances et développements passés ne doivent en aucun cas être interprétées comme révélatrices des tendances à venir. Les avertissements donnés ci-dessus se rapportent également aux déclarations orales ou écrites concernant l’avenir que pourra faire ultérieurement Schaeffler ou toute autre personne agissant en son nom.

Editeur : Schaeffler France
Pays d’édition : France

Supports correspondants
Downloads

Pack (communiqué de presse + supports)

Partager la page

Nous utilisons des cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur. Pour l’utilisation de ce site Internet, vous acceptez l’usage de cookies. Plus d’informations

Accepter